Cette seconde qui change tout!

Il y a, pour plusieurs coureurs, cette seconde dans une course qui change tout. Concrètement, une seconde n’est qu’une addition de mille millisecondes; rien de plus, rien de moins. Par contre, ce qui semble si concret peut être différent pour chaque coureur! Parfois, cette seconde réussit, bien malgré nous, à se faufiler entre nos runnings et la ligne d’arrivée sans avoir trop d’impact. Parfois, elle s’ajoute à notre pacing et ajoute 10 secondes à notre 10 km (Oh! misère!). Parfois, elle peut nous décourager, sans véritable raison car y a-t-il vraiment une différence entre un temps de 1:48.36 et un temps de 1:48.35?

Cependant, la seconde qui me titille le plus en course à pied n’est pas l’une mentionnée plus haut. Il s’agit plutôt de la seconde que je surnomme « la seconde-pivot ». Cette seconde qui arrive sans trop qu’on s’y attende, qui ne dure qu’un moment, celle qui te fait prendre conscience que c’est enfin possible. Celle qui te fait croire. Celle qui te fait croire que l’objectif que tu avais en tête et qui était encore beaucoup trop flou est, dorénavant, possible. J’ai ressenti cette seconde (oui, je pense qu’on peut ressentir une seconde) à mes débuts autour du Lac-Leamy, lorsqu’un 5 km me semblait un défi de taille. Je l’ai ressenti à nouveau quand j’ai réussi mon premier 14 km; dès ce moment, je savais qu’un demi-marathon était réellement possible. Cette tabarouette de seconde qui rend les objectifs accessibles et qui nous motive à s’entraîner davantage. Cette « seconde-pivot », devinez quoi, est revenue faire son tour le 17 janvier dernier vers 19:54.06 quand mon entraîneuse de course m’a remis mon plan d’entraînement personnalisé. En l’espace d’un claquement de doigt et d’un simple coup d’œil, j’ai réalisé que mon prochain objectif était possible. J’ai su, à l’instant, qu’en respectant le plan et en mettant les efforts nécessaires, mon objectif de franchir la ligne d’arrivée du Marathon de Montréal du 24 septembre prochain était plus que possible, mais, maintenant accessible. Cette tabarouette de seconde qui vient de confirmer que ce qui n’était, jusqu’à 19:54.05, qu’une très forte probabilité, est maintenant une réalité. Entraînements, intervalles et tout le tralala viennent concrètement de s’inviter dans mes vacances d’été…

Je les avais déjà invités, en espérant quasiment qu’ils ne se présentent pas. Aujourd’hui, leurs billets d’avion sont achetés et débarqueront à Gatineau, plus tôt que tard. Ils m’apporteront possiblement de belles choses comme le dépassement de soi, la discipline et la satisfaction du travail accompli mais, même si c’est moi qui a lancé l’invitation, j’appréhende un peu leur arrivée… Arriveront-ils avec certains de leurs amis indésirables comme blessure, découragement et échec?

Par Dominic Boutin, membre de Course4FUN

Posts created 26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut